9.09.2020

LES MOCASSINS À BRIDE

Le mocassin à bride désigne un mocassin comportant une languette en métal doré, avec une empeigne très courte et un talon mesurant plus de 4 cm.

Aldo Gucci est à l’origine de ce style de mocassins : il imagine en 1953 un mocassin surmonté d’un mors à cheval au niveau du cou du pied. L’esthétique du soulier est complètement inédite. À une époque où les mocassins sont exclusivement marrons et considérés comme des chaussures informelles, Aldo Gucci choisit de les anoblir. Il l’orne d’un mors à cheval doré, choisi un cuir noir, souple et confortable et le dote d’un haut talon, à la fois signe de virilité et d’appartenance à un rang social élevé. Ces mocassins sont portés nus-pieds ou avec de fines chaussettes couleur crème.

En France, dans les années 70 des créateurs tels que Pierre Cardin , Jean-Claude Monderer ou Carvil reprennent l’esthétique du mocassin à mors italien et l’adaptent au style parisien. L’imposant mors à cheval doré se scinde alors en deux et s’affine. Les deux boucles ainsi formées de part et d’autre du soulier sont reliées par une fine bride en cuir. Le tout sur une fine semelle en cousu Blake.

Les mocassins à bride sont alors la synthèse entre la décontraction italienne, l’élégance anglaise et l’impertinence française. En 1967, devant le Drugstore, s’opposent la « bande des Weston » et celle des « playboys de profession », en Carvil : jeunes minets contre dandy désinvoltes.

HUSBANDS

MOCASSINS À BRIDE
Jacques Lacan, Paris, 1970

Jacques Lacan, Paris, 1970

publicité Fratelli Zanin, Uomo Vogue n°57, mars 1977

publicité Fratelli Zanin, Uomo Vogue n°57, mars 1977

publicité Magli, Uomo Vogue, décembre 1972

publicité Magli, Uomo Vogue, décembre 1972

publicité Magli, Uomo Vogue, décembre 1976

publicité Magli, Uomo Vogue, décembre 1976

publicité Carvil, Paris, 1970

publicité Carvil, Paris, 1970