10.02.2021

MEN’S CLUB

Début des années soixante, la première vague de japonais né après la Seconde Guerre Mondiale rentre à l’université. Ces derniers vivent dans un Japon en pleine expansion économique et entendent prendre part à cette nouvelle société de consommation. Ces jeunes devinrent les Miyuki-zoku: la tribu de Miyuki du nom d’une rue de Tokyo qui rassemblait les boutiques les plus en vogue du moment.

Jusqu’à la fin des années cinquante, les étudiants japonais étaient habillés d’un uniforme noir appelé le gakuran. Cet uniforme traditionnel est composé d’une veste à col droit boutonné de haut en bas et d’un pantalon droit uni, le tout noir. Les adultes portaient des costumes stricts d’inspiration britannique.

Un goût uniforme et conservateur. Seuls les voyous et les marginaux se distinguaient en portant des vêtements américains, essayant de copier le style des G-I alors postés au Japon. Au milieu des années 60, le style américain se diffuse plus largement dans la société. Les étudiants  délaissent le gakuran au profit de l’uniforme des étudiants américains. Les chemises blanches à col dur laissent place aux chemises à col boutonné en Oxford, les vestes à col droit aux blazers à boutons dorés.

En juin 1964, est publié le premier numéro du magazine de mode masculine Men’s Club. Le magazine joue un rôle didactique, il permet de documenter le style américain et accompagne ainsi sa diffusion dans le pays. Si aujourd’hui, les Men’s Club d’époques se revendent cher entre initiés, au début des années soixante-dix, ils faisaient partie des magazines les plus vendus au Japon. S’intéresser au vêtement était alors commun dans les grandes villes japonaises, ou l’habit constituait souvent la seule façon d’afficher sa réussite sociale et le style américain très codifié plaît à une société japonaise conservatrice. Chaque Men’s Club s’ouvrait par une série de photos prises dans la rue montrant des membres du Miyuki-zoku arborant un style largement inspiré par l’Ivy League.

En 1965, un groupe de japonais composé du photographe Teruyoshi Hayashida et des rédacteurs Shōsuke Ishizu, Toshiyuki Kurosu et de Hajime Hasegawa part aux États Unis avec pour quête de documenter le mode de vie des étudiants de la Ivy Ligue. Est né de ce voyage le livre TAKE IVY, un manuel complet du style des étudiants appartenant aux huit plus grandes universités américaines. En juxtaposant photos et légendes, les auteurs décrivent avec précision la vie sur les Campus: bibliothèques, réfectoires, chambre d’étudiant, magasins de cravates et de blazers, mais aussi les rencontres amoureuses et les moments plus difficiles comme les examens.

Entre reproduction du style américain et conservatisme, le Japon vient de réinventer son vestiaire national.

HUSBANDS

VESTE DROITE EN FLANELLE – BLEU MARINE
Men's Club n°220, juin 1979

Men's Club n°220, juin 1979

Men's Club n°164, avril 1975

Men's Club n°164, avril 1975

Men's Club n°220, juin 1979

Men's Club n°220, juin 1979

Men's Club n°75, juin 1968

Men's Club n°75, juin 1968

Men's Club n°75, juin 1968

Men's Club n°75, juin 1968

Men's Club n°70, octobre 1967

Men's Club n°70, octobre 1967

couverture livre TAKE IVY par Teruyoshi Hayashida, 1965

couverture livre TAKE IVY par Teruyoshi Hayashida, 1965

Men's Club n°113, avril 1971

Men's Club n°113, avril 1971