6.01.2020

XIXème : les débuts du costume moderne

Au début du XIXème, les prescripteurs d’élégance ne sont pas les français, la Cour n’attire plus. C’est en Angleterre que le vêtement se façonne, où l’homme s’habille sobrement. En ville, les aristocrates comme les bourgeois choisissent le frac. C’est un vêtement pratique, pouvant être porté dans la rue, en dîner ou à la chasse. Plus facile à réaliser, généralement sans poches ni plis, aux pans évasés, le frac se distingue par son petit col, rabattu et souvent contrastant. La redingote (littéralement « riding-coat ») est simplement son adaptation française. Le choix du tissu est révélateur : là aussi, la sobriété l’oriente vers des gris, ou du noir.

C’est le passage du vêtement de circonstances au vêtement unique et quotidien qui débute ce changement. Un vêtement doit désormais être utile et s’adapter à différentes activités : passer des rues de Londres (et son industrialisation) aux compagnes, en passant par l’étiquette du repas du soir. La confection en grande série révolutionne le secteur. Amené au milieu du XIXème par les grands magasins, le réseau ferroviaire ou les progrès de la fabrication (l’invention de la machine à coudre par exemple).

HUSBANDS

COSTUMES
John Vanderlyn autoportrait, 1800

John Vanderlyn autoportrait, 1800

Caspar David Friedrich: Le Voyageur au dessus d'une mer de nuages 1817

Caspar David Friedrich: Le Voyageur au dessus d'une mer de nuages 1817

Charles Baudelaire photographié par Félix Nadar, 1855

Charles Baudelaire photographié par Félix Nadar, 1855