LE TRENCH-COAT

Le trench-coat a été inventé en 1914 par Thomas Burberry afin d’équiper les officiers de l’armée Britannique. Il porte d’abord le nom de « tielocken », avant d’être renommé « trench-coat », littéralement « manteau de tranchée » lors de la Première Guerre Mondiale.

1880 : invention du trench-coat par Thomas Burberry

Le trench-coat est un manteau croisé aux manches de type raglan : une emmanchure permettant une grande liberté de mouvement. Il est taillé dans une gabardine de coton, un tissage très serré inventé en 1880 par Thomas Burberry. Ce tissage rend le tissu imperméable à l’eau.

Anatomie d’un manteau d’officier britannique

Le trench est constitué de multiples éléments qui rappellent son passé militaire : les épaulettes servaient à attacher les grades, les anneaux de la ceinture à fixer des grenades. Le bavolet du dos permettait le ruissellement des eaux de pluie et pouvait aussi se rebattre pour servir de capuche. Le bavolet de devant servait lui à protéger l’épaule du recul du fusil. Son large col protège le cou contre les intempéries. Le pardessus est percé de grandes poches, ouvertes à l’intérieur et l’extérieur pour plus d’aisance qui servaient à cacher des cartes topographiques et les munitions. Enfin les multiples sangles aux manches, à l’arrière du col et au niveau de la taille empêchent le vent, l’eau ou la boue de s’engouffrer dans le manteau.

Un vêtement de cinema

En 1942, Humphrey Bogart l’arbore nonchalamment dans le film Casablanca. Le trench-coat perçu jusqu’alors comme un vêtement militaire, devient iconique et s’invite dans le vestiaire civil. Au cinéma, le pardessus est porté par des policiers, des avocats ou des détectives privées.

Le trench-coat se généralise, il se retrouve sur les épaules d’artistes et de poètes pour devenir un classique du vestiaire.

GAINSBOURG, Serge. Alpes d’Huez, France. décembre 1981. 

SAVITRY, Émile, phot. PRÉVERT, Jacques, art. atelier de Paul Grimault, Paris, France. non daté. 

BENSON, Harry, phot. MASTROIANNI, Marcello. Paris, France. [1970?]

BOGART, Humphrey, act. CURTIZ, Michael, réal. Casablanca. 1942. 102 min. 

BASQUIAT, Jean-Michel, art. Brooklyn, New York, États-Unis. 1979. 

  • L’ÉPAULE
    «Les couturiers y voient aussi l’endroit de leur singularité.»
  • KITANO, TROIS MOUVEMENTS
    «Kitano cautérise l’émotion, réduit le récit, affine le dialogue.»
  • LE PICK STITCH
    « historiquement réalisé à la main avec un détail visuel frappant dans les tissus plus légers et plus brillants »
  • LES HOMMES DE MODIANO
    «En miroir, c’est l’uniforme de Modiano lui-même qui se dessine.»
0
    Article ajouté à votre panier Fermer
    Votre panier est videRetourner à mes achats