PULLS COL V, PULLS COL ROND

D’origine populaire et de confection simple, les pulls ont longtemps été considérés comme des pièces modestes du vestiaire masculin. Ils sont pourtant entrés dans la garde robe des souverains, intellectuels, peintres et chanteurs tout au long du XXème siècle.

Pulls : un vêtement de sport et de loisir pour les classes aristocratiques

En 1921, le Prince de Galles et futur Edouard VIII, afin de promouvoir les produits britanniques, porte un pull aux motifs Fair Isle lors de ses parties de golf. L’influence stylistique du Prince est telle que le pull – col V et col rond – devient  la tendance à suivre. Son prix abordable permet à cette pièce d’être adoptée par toutes les classes sociales. Les sportifs adoptent le cricket jumper, un pull couleur crème en maille torsadée caractérisé par une encolure en V soulignée par une bande colorée. Le cricket jumper est alors également porté par les hommes des classes supérieures, tandis que les travailleurs lui préfèrent le motif Fair Isle, moins salissant.

Les années 20 connaissent l’apogée du pull col V. Très populaire chez les jeunes, il est à cette époque disponible dans une grande variété de motifs chargés ou unis dans des couleurs très vives. À la fin de la décennie, les couleurs et les motifs se font plus sages, tandis que le col rond détrône peu à peu le col V.

Pulls : un vêtements de mode à destination de la jeunesse

Dans les années 60, Maurice Renoma, de retour de Londres – haut lieu de la mode insufflée par les Beatles et Carnaby Street – réveille ce pull intemporel en conseillant à ses clients parisiens de porter ses vestes en velours au dessus de mini-pulls shetlands aux teintes intenses, vives et acides. Les minets de St-Germain sortent vêtus de « shaggy dogs » arrivant au dessus de la boucle de la ceinture.

Ces même pulls sont portés élimés, déchirés, agrafés de slogans contestataires par la scène punk anglaise du début des années 80. Si l’aristocratie anglaise importait ses pulls directement d’Écosse, la jeunesse laborieuse de Manchester fouillait les fripes à la recherche de pulls, souvent usés, rarement à leur taille.

COSTELLLO, Fin, phot. BUZZCOCKS. Manchester, Royaume-Uni. 1978. 

GRANT, Cary. 1934. 

JOY DIVISION. Manchester, Royaume-Uni. 1979. 

CHAMBON, Émile, art. Autoportrait. huile sur toile. 1952. 

CHAMBON, Émile. Paris, France. 1960. 

ARGENTO, Diego. Londres, Royaume-Uni. 1974. 

SAINT-HÉLIER LANDER, John, art. Edouard VIII. huile sur toile. 92.1 x 71.6 cm. 1921

  • KITANO, TROIS MOUVEMENTS
    «Kitano cautérise l’émotion, réduit le récit, affine le dialogue.»
  • LE PICK STITCH
    « historiquement réalisé à la main avec un détail visuel frappant dans les tissus plus légers et plus brillants »
  • LES HOMMES DE MODIANO
    «En miroir, c’est l’uniforme de Modiano lui-même qui se dessine.»
  • LES HOMMES DE JEAN-LUC GODARD
    « l’esthétique qualifiée de “French Mod” : des cols larges sur des chemises structurées, un peu de flair ici et une touche de cachemire là »
0
    Article ajouté à votre panier Fermer
    Votre panier est videRetourner à mes achats